Rédaction de contenu web : tarifs indicatifs 2013

 

Le baromètre annuel  de l’agence rédactionnelle alsacienne Red-Act revient avec des moyennes séparées pour le Web et le Print. Léger relèvement des prix  pour internet et le travail du Community Manager qui prend de la valeur.

Les tarifs conseillés de la rédaction

Tarifs du Print
  • Publi-Rédactionnel (1500 signes) : de 50 à 150 euros (35-200)
  • Article (3000 signes) : de 100 à 350 euros (50-600)
  • Article (6000 signes): de 200 à 500 euros (100-800)
  • Dossier (12000 signes) : de 300 à 800 euros (175-1200)
Tarifs du Web
  • 1 page web (création) – 1000 signes : de 50 à 150 euros (30-150)
  • 1 page web (création) – 1500 signes : de 60 à 200 euros (50-300)
  • 1 page web (réécriture) – 1000 signes : de 30 à 60 euros (15-75)
  • 1 page web (réécriture) – 1500 signes : de 45 à 75 euros (30-80)

Ces chiffres proviennent de questionnaires sur les réseaux sociaux et du retour d’expérience des prestataires ou porteurs de projets. Il s’agit donc de moyennes et de pratiques professionnelles (250 réponses).

Les tarifs journaliers du Community Manager  et du rédacteur me paraissent élevés, respectivement de 300 à 500 €  et 200 à 500 €. C’est crédible quand cela se déroule dans le cadre d’une prestation globale d’e-reputation et de communication de marque.

 Oui au redressement des tarifs du web, mais pas à l’incrimination des auto-entrepreneurs

Pour une prestation de qualité égale, est-ce l’auto-entrepreneur qui est artificiellement concurrentiel ou son concurrent qui est excessivement cher ?  (réplique à Stéphane Bouhris). Soyons logiques, ce statut français fait supporter des coûts bien français et payer des impôts dans ce pays (Forepeek paye 23 % dans sa déclaration trimestrielle d’indépendant)

  • L’autoentrepreneur ne paye pas la TVA, mais tous ses coûts sont TTC ! Il ne la récupère pas et ne la facture pas à ses clients.
  • L’autoentreprise n’est pas soumise à certaines taxes professionnelles : très bien comparons tous les régimes d’entreprise et mettons dans la balance toutes les exemptions et subventions auxquelles elle n’a pas le droit.
  • L’autoentreprise est limitée pour la prestation de service à 32.600 € de chiffre d’affaire annuel. Une fois les coûts et le fisc déduits, il reste très peu de marge de manœuvre pour écraser ses prix.
  • Un autoentrepreneur en termes de coûts fixes, ne peut pas réaliser les mêmes économies d’échelle qu’une agence web. Avoir en client quelques centaines ou milliers de pages permet par exemple de mutualiser sa veille sur mot-clés et de mieux rentabiliser son temps de présence sur les réseaux sociaux.

 

 

Votre avis sur l’autoentreprise et internet est intéressant, partagez le !  (Sur ce site, les références de la rédaction Web 2012).

Dans votre fil d'actualités

Publié par Gérard

Le magazine fait découvrir les outils de l'entreprise en ligne. Conseil et Coaching accompagnent la réalisation du projet numérique. Audit, premier pas ou conforter une présence établie. Marketing Frames forge des plans adaptés et sûrs pour vos : Stratégie éditoriale - Référencement naturel et payant - Réseaux Sociaux - Marketing en ligne.