Le Nouvel Observateur et Google n’ont pas les moyens de se payer des correcteurs

La grosse faute de français sur Google actualités du 14 novembre 2012 , »Les chaises qui brise », est visible en image.

Google et le NouvelObs recherchent des correcteurs
La faute d’accord sur Google actualités du 14 novembre.

Je ne pense pas que cela passe sur les supports papiers, mais tout de même pour des magazines nationaux et des grands acteurs du web ! Il ne se passe pratiquement pas un jour sans retrouver des aberration sur la page d’actualités de Google.

Une coquille c’est une erreur de mises en page,  des actions involontaires sur un clavier ou des correcteurs automatiques  qui  s’emmêlent les pinceaux, et prendre le  temps de se relire est une précaution indispensable.

On ne peut pas plus sur le Web que dans la presse écrite se passer de correcteurs. Il y a sûrement de la place  pour une plate-forme mutualisée ou indépendante qui pourrait apporter ce service avec un coût compétitif. Opportunité de Business intéressante, à votre avis ?


 

Dans votre fil d'actualités

Publié par Gérard

Le magazine fait découvrir les outils de l'entreprise en ligne. Conseil et Coaching accompagnent la réalisation du projet numérique. Audit, premier pas ou conforter une présence établie. Marketing Frames forge des plans adaptés et sûrs pour vos : Stratégie éditoriale - Référencement naturel et payant - Réseaux Sociaux - Marketing en ligne.